MESSAGE À TOUS LES MEMBRES DE L'AIEQ

Message de fin d'année de la présidente de l'Association
Bonne fin d'année 2016!

Nous terminons l’année 2016 avec la satisfaction d’avoir accompli de belles réalisations grâce à vous, chers membres, collaborateurs et amis, qui contribuez à animer et enrichir les études québécoises dans le monde!

J’aimerais d’abord remercier chaleureusement mes collègues du comité exécutif qui ont, tout au cours de l’année, veillé à la bonne marche de l’Association. Nous avons, entre autres, mis en commun nos connaissances pour élaborer un nouveau plan stratégique qui nous guidera pour les prochaines cinq années, commençant en 2017.

Le temps consacré bénévolement par les membres du comité scientifique à l’analyse des demandes d’aide financière mérite aussi d’être souligné. Le comité scientifique s’est réuni à trois reprises et a approuvé 36 projets sur un total de 44 demandes soumises au programme de diffusion des connaissances sur le Québec. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer des jeunes chercheurs ayant bénéficié du soutien de l’AIEQ lors du congrès de l’American Council for Québec Studies, qui s’est tenu à Portland (Maine) en novembre dernier. Mes collègues du comité scientifique ont su reconnaître le talent de notre relève en études québécoises en leur permettant de présenter leurs travaux à l’ACQS et je les en remercie.

La relève en études québécoises était aussi bien représentée en janvier dernier, à Washington, où s’est tenu le colloque «Le Québec dans les Amériques». Réunissant 17 jeunes chercheurs, ce colloque était le premier en son genre à se tenir en Amérique, suivant l’exemple de nos collègues européens. Organisé en collaboration avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie, le Centre de la Francophonie des Amériques, Georgetown University et le Woodrow Wilson International Center for Scholars, cet événement a permis à ces jeunes, triés sur le volet et intéressés à mieux comprendre les aspects historiques, sociologiques, politiques et culturels du Québec dans les Amériques, de partager leurs travaux récents sur le Québec.

En marge du colloque, l’AIEQ et le Bureau du Québec à Washington avaient organisé, en collaboration avec l’Ambassade du Canada, une soirée publique au cours de laquelle des courts métrages de jeunes cinéastes autochtones du projet Wapikoni mobile ont été présentés. Mélissa Mollen Dupuis et Craig Commanda, deux jeunes cinéastes autochtones, étaient présents à cette soirée après avoir passé un après-midi sur le campus de Georgetown. Tant les présentations des jeunes chercheurs que celles du Wapikoni mobile ont contribué à faire briller la culture, le talent et le savoir québécois au sein de la capitale américaine!

Un autre «grand moment» de l’année 2016 a été la table-ronde au Salon international du livre de Québec consacré au thème «La littérature québécoise vue de l’étranger». Des membres de l’AIEQ ainsi que des auteurs québécois de renommée internationale ont gentiment répondu à notre invitation pour venir témoigner de l’apport exceptionnel de nos auteurs québécois au rayonnement du Québec à l’étranger. Organisée par l’AIEQ, en collaboration avec l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), cette table ronde a réuni Louise Dupré, Dany Laferrière, Kim Thuy et Larry Tremblay, ainsi que deux professeurs de littérature membres de l'AIEQ, Ricard Ripoll i Villanueva, poète catalan et enseignant à l'Université autonome de Barcelone, et moi-même.

D’autres auteurs et réalisateurs québécois ont collaboré à cette dimension importante de l’AIEQ qu’est la promotion de la culture québécoise au-delà de ses frontières. Grâce à la subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec, Élise Turcotte, Biz (Sébastien Fréchette), Hada Lopez, Nadia Gosselin, Daniel Roby, Maxime Giroux, Mélanie Vincelette, Daniel Chartier, Richard Léveillé, Monique Proulx, Kim Thuy, Alain Beaulieu, Louise Dupré, Claude Godbout, Marie-Célie Agnant, Clara B. Turcotte et Jean-Yves Fréchette ont pu se rendre en Espagne, en Allemagne, en France, en Suède, au El Salvador, aux États-Unis, au Brésil, au Costa Rica, au Japon et en Russie pour y présenter leurs œuvres.

Fait intéressant à signaler, une belle synergie s’est développée entre notre programme de tournée d’auteurs et la formation de professeurs de français langue étrangère à partir de l’outil pédagogique numérique «Le Québec, connais-tu?». En mars, la directrice de l’École de langues de l’Université Laval (ÉLUL), Rachel Sauvé, a donné une formation intitulée «Pourquoi et comment intégrer des contenus québécois dans l’enseignement?» à une vingtaine d’enseignants de français de la Louisiane. Alain Beaulieu, professeur au département des littératures et vice-doyen à la faculté des Études supérieures et postdoctorales de l’Université Laval, s’est joint au groupe pour un échange sur la notion d’américanité et une présentation de ses romans. Quelques mois plus tard, Lucia Flores, chargée d’enseignement à l’ÉLUL, a donné des cours de français langue étrangère à Belo Horizonte, au Brésil. La formation, organisée en collaboration avec des alliances françaises du Brésil, comportait une conférence de l’auteur Éric Dupont, qui fut grandement appréciée par les participants. Ces activités, ainsi que plusieurs autres, ont été réalisées avec le soutien du Centre de la francophonie des Amériques avec lequel nous avons conclu une entente de collaboration.

Cette année encore, nous avons encouragé l’excellence en études québécoises, en remettant la Bourse Gaston-Miron, le Prix d’excellence pour les études canadiennes dans les pays germanophones (GSK), le Prix Obata AIEQ-AJEQ et la Bourse McGill-AIEQ. Ces bourses sont offertes en collaboration avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises (CRILCQ), l’Association des études canadiennes dans les pays germanophones (GKS), l’Association japonaise des études québécoises (AJEQ) et l’Université McGill, respectivement. Je suis fière d’annoncer qu’en 2017, l’AIEQ offrira, de concert avec l’American Council for Québec Studies (ACQS), une bourse de recherche permettant à un étudiant américain de 2e ou 3e cycle d’effectuer un séjour de recherches au Québec.

Bien évidemment, l’action de l’AIEQ en 2016 ne se limite pas aux activités que je viens de vous exposer à titre d’illustration du dynamisme de notre association. Dans tout ce que nous entreprenons, il nous faut aussi saluer l’encadrement superbe et l’apport intelligent et dynamique de notre directrice, Chantal Houdet, et ses complices au bureau, Suzie Beaulieu et Louise Laplante. Fort de ce bilan positif et grâce aux efforts et à l’engagement soutenu de notre réseau, l’horizon de 2017, l’année du 20e anniversaire de l’AIEQ, a de quoi nous insuffler un enthousiasme tout festif.

Je vous donne donc rendez-vous en 2017, et vous souhaite un agréable temps des fêtes.

Miléna Santoro, présidente

n.b. le prochain bulletin paraîtra le 13 janvier.







L'AIEQ
Nos partenaires